Les Phonographies maritimes

La recherche création subventionnée par le CRSH, que nous menons consiste à valoriser des sons maritimes en s’appuyant sur de modes et des espaces scéniques mobiles et différents, et ce, à partir de trois pays et trois cultures  maritimes différentes : le Canada, la France et la Colombie.  Les environnements maritimes nous apparaissent pertinents, car la présence de l’eau et des activités qui s’y rattachent participent de la mobilité comme de l’interrelation entre des gens, des biens, des cultures et des histoires. À travers nos aventures maritimes, nous souhaitons affirmer la diversité culturelle du son, produire une mise en réseau de réalités lointaines et influer sur la dimension poétique et esthétique de notre écriture.

Suite à notre exploration phonographique effectuée à Val-Jalbert, nous cherchons à approfondir la mise en jeu du corps sous l’impulsion du maritime tout en ouvrant une recherche transmédiatique d’un théâtre environnemental. Ainsi, nous voulons conditionner notre écoute dans un lieu spécifique pour créer une écriture scénique connectée à différentes plateformes web et réseau sociaux, et dépasser les limites physiques du plateau afin de déployer notre relation avec les spectateur·trices.

Notre exploration s’organise en deux temps : celui de la déambulation dans un milieu inusité, hors les murs du théâtre où notre phonographie consiste d’abord à rencontrer des personnes et leur culture et ensuite, à capter des impressions sonores, visuelles, textuelles mais aussi corporelles. Cette écoute collective et environnementale nous mène vers des performances au sein même des sites. Dans un deuxième temps, de retour au Québec et dans une salle fermée, nous menons des laboratoires à partir de tous les matériaux amassés qui deviendront l’unique source dramaturgique pour produire un dispositif performatif et dispersif sur une scène physique, une scène web et une scène 3D.

  • FRANCE - SAINT NAZAIRE
  • COLOMBIE - PUERTO NARIÑO
  • CANADA - FLEUVE ST-LAURENT (À VENIR)

Le premier projet des phonographies maritimes, Phonographies Maritimes : Ville port Saint-Nazaire s’organise en deux temps. Tout d’abord à Saint-Nazaire en France où nous explorons différents parcours dans et hors de la ville. Ensuite, au Québec, où l’équipe réduite (les chercheur·euses du Québec), crée un dispositif intermédial, immersif et transmédiatique dans lequel les spectateur·trices peuvent circuler. 

Tout au long de ces deux périodes, nous maintenons une scène sans bord que nous alimentons constamment de nos performances mobiles et de nos performances en salle. Loin d’être la reproduction de l’événement se déroulant en présence physique, la scène web propose une écriture dramaturgique qui agence les captations sonores et visuelles des actions menées en direct sur la scène physique, et celles archivées lors de nos explorations à Saint Nazaire.

Cette phonographie depuis Saint-Nazaire est aussi l’occasion de poursuivre notre recherche sur la réalité virtuelle et questionner l’intégration de « l’objet casque » dans notre dramaturgie perfomative.

Nous tenons à remercier Plateforme Múa, Athenor, scène nomade de création et de diffusion, le Mois Multi, le Centre national d’exposition (CNE), le festival Résonance et le musée amérindien de Mashteuiatsh.

Ce programme est financé par la Chaire de recherche du Canada en dramaturgie sonore au théâtre et l’Université du Québec à Chicoutimi et le Conseil de Recherche en Science Humaine (CRSH).

Strate 1

Strate 2

À la suite du projet Phonographies Maritimes : ville port Saint-Nazaire, nous poursuivons notre recherche de valorisation des sons maritimes en nous rendant, cette fois, dans un village écologique en Amazonie, situé en Colombie dans la région de l’Amazonas, à la frontière du Pérou et du Brésil. Au contraire de Saint-Nazaire en France où nous avons expérimenté des sons de la grande industrie naval, à Puerto Nariño, nous venons écouter un environnement qui, en dehors des petits bateaux de pêche, a choisi d’éviter toutes activités motorisées pour vivre une forme d’harmonie avec la nature.

Grâce à Diego Santamaria et Eliana Herrera Huérfano, deux professeurs colombiens de la faculté des sciences de la communication à l’université Minuto de Dios de Bogotá, nous travaillerons avec la communauté de pêcheur·euses TICOYA, qui ont mis en place une radio communautaire, Radio Chicua.

Dans la foulée de cette résidence, nous présenterons une suite de conférences-ateliers dans plusieurs universités de Colombie.

Nous tenons à remercier les gens de la communauté TICOYA de l’Amazonie, l’université Uniminuto, l’université pédagogique de Bogotá et Claudia Torres et l’université d’Antioquia à Medellin et Ana-Maria Vallejo de la Ossa.

Ce programme est financé par la Chaire de recherche du Canada en dramaturgie sonore au théâtre, l’Université du Québec à Chicoutimi, l’université Univ. Minuto de Dios de Bogotá et le Conseil de Recherche en Science Humaine (CRSH).

Strate 1

Strate 2

à venir