Les mobilités du processus de création

10 ET 11 MAI 2018 | UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI | Dans le cadre de l’ACFAS 2018 à l’UQAC | Paul Ardenne désigne comme « œuvre d’art mobile », une œuvre en rupture avec les territoires traditionnels de l’art (galerie, musée, centre d’exposition, salle de spectacles) qui investit de plus en plus de nouveaux espaces comme la rue et l’espace public, et entraîne la création « d’œuvres déplaçables, aptes à aller à la rencontre du public, ou à le transporter » (Ardenne 2002 : 153). Le processus ne dépend plus ou ne se mesure plus uniquement par l’espace qu’il habite mais répond davantage à la spontanéité « du voyage et de la rencontre à travers des réseaux, des souvenirs, entre les gens et les lieux, les performeurs et les auditeurs, dans le temps autant que dans l’espace, en direct et à travers les enregistrements mécaniques et électroniques […] » (Chapman, 2013).

Obtenir plus d'informations

Lancement et journées d’étude

Obtenir plus d'informations

Phonographie 3 – Les Dominicaines Moniales et Laurence

Obtenir plus d'informations
 Menu
 Réduire
 Montrer