Galerie photos

Publié le: 12 juillet 2017

Réciprocité | Troisième étape de recherche et création

DU 8 AU 12 MAI 2016 | MASHTEUIATSH

La troisième étape de recherche-création, financée par la FUQAC, est centrée sur la réciprocité sonore entre les cultures autochtones et non autochtones. Elle réalise une contrepartie en France (résidence) pour achever sur le plan artistique et technique (montage en studio) vers une œuvre radiophonique s’appuyant sur des médiums virtuels tels la wikiradio. Ce projet déploie le rayonnement, national et international, d’une avancée interculturelle à partir d’un dispositif sonore qui se veut un champ d’interactions et de rassemblement entre les gens et leur environnement au sein de notre région.

Réciprocité sonore entre les cultures autochtones et non autochtones est une recherche création sur le dispositif sonore comme concept d’intermédiation technologique et culturelle. Il s’ancre à partir d’une première étape, Liaisons Sonores, qui aura permis de mettre en place un véritable échange collaboratif entre la communauté de Mashteuiatsh, des chercheurs créateurs de la région et des artistes bretons (France). C’est à travers une approche performative et radiophonique que cette rencontre s’est transmise. Cette double forme de notre proposition se révèle idéale pour restituer la résonance sensible et complexe d’une dimension interculturelle entre autochtones (Ilnus de Mashteuiatsh) et non autochtones (Saguenéens et Bretons).

Initié par la CRC « Dramaturgie sonore au théâtre » et une subvention FRQSC recherche-création, la poursuite de ce projet s’inscrit dans une recherche plus vaste – « Approche performative et radiophonique de l’écouter ensemble de nos identités (ou consciences) mobiles » – menée en collaboration avec des chercheurs du CELAT (M. La Chance et S. Harel). Ce projet est appuyé par plusieurs organismes professionnels et institutionnels : Musée Amérindien de Mashteuiatsh et Fondation Diane Robertson, Centre d’Expérimentation Musicale (expertise en montage et enregistrement audio), le Consulat de France (frais de déplacement pour les artistes français), et les festivals Phonurgia Nova et SONOR (frais d’hébergements et perdiems). Par ailleurs, en intégrant nos étudiants, nous leur démontrons qu’il est possible de vivre en région tout en réalisant des projets d’envergure. L’impact de cette expérience permet de les former et les motiver pour s’engager dans la recherche, et ainsi de les intéresser à devenir une relève de grande qualité pour notre région.

Crédits photos: Andrée-Anne Giguère
 Menu
 Réduire
 Montrer